mars 30, 2021

Comment éviter de se faire arnaquer – achat voiture

Par sionto

Aujourd’hui, les voitures d’occasion se vendent trois fois plus que les voitures neuves ; normal, c’est la crise et tout le monde fuit les concessionnaires qui augmentent les prix chaque année. Cependant, de tels achats ne sont pas sans compromis : bien des gens n’ont découvert l’escroquerie dont ils ont été victimes qu’après la vente – trop tard malheureusement car ils n’ont pas droit au recours. Avec tout ce que le marché des voitures d’occasion présente comme avantages, ce risque a tout donc de même de quoi vous faire hésiter. Toutefois, il est possible d’éviter de se faire arnaquer, et ce en suivant au mieux ces quelques conseils.

Inspectez vous-même le véhicule

Demandez à voir la voiture en insistant pour que ce soit de jour ou sous un bon éclairage. Si vous le faites la nuit ou sous un éclairage faible, cela pourrait masquer les défauts de la voiture : vous risquez fort de rater des traces indicatrices d’accidents ou de collisions. S’il pleut, n’hésitez pas à fixer un lieu de rendez-vous couvert et à sec, car la pluie a tendance à faire apparaître la voiture plus brillante aussi bien qu’à diminuer la visibilité des différences de peinture, des rayures et autres traces. Si le vendeur refuse de vous accorder les conditions que vous demandez, cela vous sera déjà révélateur sur ses intentions suspicieuses.

Ensuite, procédez à la vérification ; d’abord l’extérieur : la peinture et les éventuelles différences de couleur, les traces de boursouflure sur la tôlerie, l’alignement du capot et des portes, l’état d’usure des jantes, des pneus, des joints en caoutchouc, la fixation des rétroviseurs et des feux, sans oublier le pare-brise et le pare-choc.

Cela fait, passez au contrôle des éléments du moteur. Mettez le contact et vérifiez sur le tableau de bord s’il y a des témoins allumés, des messages d’erreur, des alertes qui vous indiquent les éventuelles pannes ou encore l’échéance de révision du véhicule. Passez ensuite à l’état des liquides (huile et liquide de refroidissement): assurez-vous que la vidange a bien été faite selon les besoins du moteur et qu’il n’y a pas d’anomalie. Pour ce qui est de ce dernier point, jetez un œil aux bouchons de remplissage : si vous remarquez la présence de traces blanches, cela voudra dire qu’il y a un problème au niveau des joints de culasse. Vous devriez aussi faire attention aux longerons : si vous voyez des différences de couleurs ou des joints mal placés par exemple, cela indique qu’ils ont été réparés et par conséquent que le véhicule a subi un choc assez rude à l’avant. Vous pouvez aussi aller plus loin en vérifiant l’état d’usure des plaquettes de frein et des courroies.

N’achetez pas de véhicule que vous n’avez pas testé

Vous devez prendre le volant et circuler à bord de votre potentielle future voiture afin d’être en mesure de repérer les soucis à temps. Testez l’embrayage, les freins, les vitesses et la direction. N’oubliez pas d’être attentif à la sonorité du moteur afin de suivre son comportement dans toutes les situations et être capable de détecter les éventuels dysfonctionnements. Pensez également à tester tous les équipements comme l’autoradio, le lecteur CD, la climatisation, le GPS, les sièges, les vitres électriques, ainsi que les commandes telles que les feux, les essuie-glaces, les commandes de réglage des rétroviseurs et des feux, etc.

Contrecarrez les faux kilométrages

On ose à peine l’imaginer, mais oui ; il y en de plus en plus qui osent trafiquer le compteur pour réduire le kilométrage et ainsi « rajeunir » le véhicule. Vous avez deux moyens pour en avoir le cœur net : vous pouvez consulter l’étiquette de la dernière vidange si elle est encore collée au carter d’huile ; si le kilométrage indiqué est moins élevé que celui affiché sur le compteur, cela voudra dire qu’un trafic a effectivement eu lieu. Sinon, vous pouvez lors de votre test, si cela vous est possible, emmener le véhicule chez le concessionnaire qui vous confirmera si le véritable kilométrage du véhicule correspond au compteur.

 Reconnaissez les voitures volées

Ne vous fiez pas aux apparences et à l’air crédible du vendeur, et soyez plutôt pragmatique en faisant quelques vérifications : le numéro de châssis doit correspondre à celui affiché sur la carte grise. Si c’est bien le cas mais que vous remarquez la présence de traces de coups, cela peut vouloir dire que de nouveaux numéros ont été frappés.

Demandez les documents du véhicule

Il est impératif que vous exigiez la remise de tous les documents relatifs au véhicule avant que la transaction ait eu lieu. La carte grise et le carnet d’entretien sont obligatoires et vous ne pouvez en aucun cas remettre cela à plus tard. Vous pouvez aussi demander les factures afin de vous assurer que l’entretien et les réparations d’usage ont été faits dans les règles. Vous devez aussi recevoir les papiers liés à la vente notamment : un exemplaire du certificat de cession, un certificat de non gage datant de moins d’un mois, ainsi que le certificat d’immatriculation signé et barré en spécifiant la date de la vente.